à venir • 26 novembre 2014 (17:00) • Jiři Kovanda [artiste] 
151413121110090820070605040302010099
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z >>>
Jean-Claude Lemagny
 mer 14 février 2007 (17:00)
Jean-Claude Lemagny [spécialiste de la photographie]

 amphi de l'ENBA (rue Neyret) 1er étage de l'ENBA (ancien site) 10 rue neyret 69001 Lyon
version imprimable [pdf]
 :: extrait audio
Jean-Claude Lemagny, agrégé d’histoire, a été conservateur général au département des Estampes de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France où il a créé la galerie de la photographie, et commissaire de nombreuses expositions sur la photographie jusqu’en 1997.
Il est aujourd’hui conservateur général honoraire.

Spécialiste de la photographie contemporaine, il a publié notamment La photographie créative (Paris, Contrejour, 1984), L’Ombre et le Temps. Essais sur la photographie comme art (Paris, Nathan, 1992) et La Matière, l’Ombre, la Fiction (Paris, BNF/Nathan 1994).

Dans un essai sur la création photographique (in Art Press), Jean-Claude Lemagny dresse un panorama de la création photographique des années 70 à 90. Il analyse son statut de « bon conducteur pour propager au sein de l’art des courants venus d’ailleurs », parfois au risque de le déstabiliser.
Étudiant la nature de sa trace, déplaçant les frontières traditionnelles entre les champs artistiques, vecteur de message politique ou parodiant les médias qu’elle dénomme, la photographie persiste « non comme héritage mais comme source pérenne ».
« Le bon de la photographie, c’est qu’elle conduit l’artiste à se trouver devant son médium dans la même situation d’altérité que devant le monde. L’œuvre est là dans sa véritable fonction de redoubler le réel, afin que le réel puisse être présent pour nous. (…) L’invention de la « civilisation », ce n’est pas l’art, c’est le décor. Le totalitarisme communicationnel, c’est le décor généralisé. À travers la publicité, le musée-attraction, les œuvres comme discours, l’art n’est plus là que pour agrémenter la vie et nous dissimuler qu’elle est tragique. La fin de toute l’humanité viendra quand le décor aura dérobé l’art. »